Débuter en modélisme

Beaucoup nous pose la question sur la bonne façon de débuter, et il y a effectivement de quoi se perdre vu l’immensité des choix proposés. Une fois votre modèle en possession, vous pouvez soit rouler dans votre coin, soit partir à la recherche d’un club situé à proximité quand cela est possible. Notre club accueille les débutants qui souhaitent se lancer dans le modélisme avec une voiture électrique tout-terrain, d’ailleurs nous développons depuis 2015 la toute jeune discipline du Rally et prochainement le Trial. Pour cela, les fabricants offrent une grande variété de modèles, tant dans les échelles de grandeur que de catégories. D’une façon générale, le choix du modèle dépend de plusieurs paramètres et il convient de se renseigner auprès du club de modélisme pour obtenir les informations utiles, comme par exemple la taille et le type de circuit (tout-terrain ou asphalte), la ou les disciplines pratiquées, et j’en passe. Ensemble, nous allons tâcher de brosser les points importants.

 

Ce ne sont pas des jouets !

 

 

Hélas, beaucoup trop d’individus ignorent, confondent même, un vulgaire jouet avec un modèle réduit. Sur la forme, ce sont des objets très similaires, mais sur le fond leurs approches sont radicalement différentes. Un jouet radio-commandé peut se trouver très facilement en grande surface ou en magasin…. de jouets. La puissance est volontairement limitée pour rendre le produit accessible au très grand nombre, et il est souvent impossible de les faire évoluer de par leur conception quasiment indémontable. Alors que dire de la réparation quasi-incertaine à l’heure du jetable ou de la panne programmée ?

En revanche, un modèle réduit permet d’effectuer des évolutions et des réparations plus faciles. Une pièce est cassée ? Il vous suffit de commander la grappe ou le sachet correspondant à la pièce en question pour moins de 10 Euros en règle générale, et vous effectuez vous-même son remplacement. Vous voulez améliorer les performances de votre modèle ? Votre magasin spécialisé dispose d’un choix immense de pièces optionnelles telles que de puissants moteurs électriques, batteries, roulements à billes, amortisseurs hydraulique, pneus, pièces détachées en matériau léger voire en matériau composite, etc… Le tout, dédié soit au loisir, soit à la compétition nationale et internationale.

Le budget à consentir n’est plus le même, si un jouet radio-commandé vous coûte une trentaine d’Euros, il faudra multiplier cette valeur par 10 pour un modèle réduit à construire et tout équipé ! Cela vous donne une idée du potentiel technique et de l’investissement…
L’importance des réglages du chassis est très similaire à celle d’une voiture de course grandeur nature. Ce qui sous-entend une grande part de compréhension sur les notions de pilotage. La conduite entre un jouet et un modèle-réduit n’a donc plus rien à voir ! Sur le jouet, la puissance du moteur permet de garder la même vitesse en ligne droite qu’en virage ; en modélisme, il faut freiner et braquer au bon moment pour prendre la bonne trajectoire. Si vous vous sentez capable de comprendre tous ces paramètres, alors bienvenue dans le monde du modélisme ! Pour les autres, entraînez-vous d’abord sur un terrain vague, un parking, ou dans votre jardin, sinon faite carrément autre chose…

PS : vous noterez qu’à aucun moment il n’a été abordé la question de la vitesse de pointe, souvent utilisé comme argument commercial par certains fabricants pour impressionner le chalant peu éclairé. En modélisme, presque tout est possible, mais dans un club la vitesse ne fait pas tout, car il s’agit bien de notion de pilotage sur circuit qui prime, et non de savoir qui va le plus vite en ligne droite.

 

Les différents types de modèles réduits.

Au TTRCS, nous vous conseillons de choisir un buggy à l’échelle 1/10ème plutôt qu’une voiture de Rally. Pour cette dernière, on n’y vient pas tout de suite en tant que débutant car il faut tenir compte de certains défauts inhérents comme la faible garde au sol, et le grand soin à accorder pour la décoration de la carrosserie. Tout le contraire d’un buggy où sa polyvalence vous permet rouler partout sans trop de contrainte. Il reste encore le choix de la transmission en 2 roues motrices (4×2) ou 4 roues motrices (4×4). Chacun ayant ses qualités et ses inconvénients. Le 4×2 est souvent le plus simple en conception, plus léger, et plus abordable financièrement. Son pilotage est plus joueur, réclamant un bon dosage de l’accélération sur sol glissant. Ce qu’on ne ressentira pas beaucoup sur un modèle doté de 4 roues motrices, plus stable et plus rassurant au détriment du poids, d’une consommation en batterie et d’un budget plus élevé du fait des pièces supplémentaires pour la transmission.

Enfin, même si vous optez pour un modèle somme toute assez simple voire rustique, comme les célèbres Grasshopper/Hornet ou le Frog de Tamiya, c’est déjà une très bonne base pour apprendre. A titre d’exemple, un des membres du TTRCS a commencé à l’âge de 12 ans avec un « Grasshopper 2 » acheté autrefois chez Micromega situé avenue Hoche vers les Champs-Elysées, magasin ô combien formidable dont il en garde un souvenir ému pour son gérant peu avare en conseils et sa gentillesse. Ne cherchez pas, Micromega a fermé depuis longtemps, remplacé depuis par une agence immobilière aux dernières nouvelles. C’est bien dommage. Hasard des choses, un autre membre du TTRCS a débuté lui aussi avec le Hornet de même conception avant d’évoluer avec d’autres modèles bien plus performants.

58074-Grasshopper-II

Pour rappel en 2016, les Short Course ne sont pas conseillés au TTRCS du fait de leurs dimensions extérieures, bien que ce soit marqué « 1/10ème » sur l’emballage. Serait-ce une preuve manifeste de la démesure à l’américaine ?

category133

L’équipement de base.

Le requis minimal pour bien débuter est résumé dans cette image :

s-l1000

Il est indispensable d’avoir en plus de la voiture :

  • 1 radio à deux voies (à volant ou à manches selon vos préférences)
  • 1 chargeur de batterie
  • 1 batterie (mais 2 ou 3 serait l’idéal pour jouer plus longtemps)

Sans oublier les outils de base comme des tournevis cruciforme, colle forte, pince coupante, cutter, les piles pour la télécommande et accessoirement une bombe de peinture pour la carrosserie livrée transparente. De ce fait, vous pourrez peindre votre modèle et le personnaliser comme vous voulez vraiment, le panel de couleurs est vaste.

Les marques.

Quitte à bien commencer, autant miser dès le départ sur des fabricants de qualité tout en privilégiant le réseau de distribution et la disponibilité des pièces détachées. Certains nouveaux fabricants – en provenance de Chine – proposent des produits de bonne qualité au vu du choix des matériaux comme l’aluminium, mais dont le SAV est presque inexistant voire très difficile pour se procurer certaines pièces. L’absence de pièces optionnelles finissent par rendre le produit peu évolutif, voire impossible à modifier. A contrario, la qualité des plastiques est parfois douteuse. Depuis quelques années, la mode est au RTR (Ready-To-Run, Prêt-à-Rouler), sachez qu’il y a très peu de contrôle qualité en fin de chaîne, des pannes peuvent alors se produire. Les commerçants français sont peu enclins à vous aider à déterminer l’origine de cette panne, surtout sur un produit qu’ils ne distribuent pas eux-mêmes ou qui n’a été acheté chez eux. « Si vous achetez sur Internet, en cas de pépin voyez alors avec Internet ». Vous voilà prévenu.

238006_ZB_02_FB.EPS_1000
Nous ne pouvons que vous conseiller des marques ayant déjà fait leurs preuves depuis longtemps, comme Tamiya et Kyosho, actuellement les leaders du marché en terme de qualité. Ces deux marques japonaises disposent d’un large choix allant du modèle de début jusqu’à la compétition.

TAMIYA Logofighter-buggy-sv-dt02-tamiyatamiya-tt-02b-buggy-neo-scorcher-kit-58568

Kyosho-logorb6lazerZX5

 

Une tendance se détache cependant chez Tamiya depuis quelques années et depuis peu chez Kyosho, où ils nous ressortent leurs vieux succès dits « Vintage », de conception remontant aux années 80 et s’adressant notamment aux nostalgiques souhaitant acquérir leurs rêves de gosse. Les performances vont dans les trois quart du temps se retrouver en retrait par rapport aux modèles bien plus actuels, sauf exceptionnellement pour certaines références dédiées totalement à la compétition dans les années 90, dont les performances restent encore acceptables aujourd’hui. De ce fait les Vintage – sans être dénués d’intérêt – s’adressent avant tout aux connaisseurs sachant tenir compte de la valeur du kit à construire, d’ailleurs on retrouve parfois de bien belle mécanique dans la boite…

tamiyafirst100
HPI dispose également des produits intéressants, pourtant au top dans les années 90 de par son implication en compétition, elle finit par décevoir beaucoup tant les critiques recueillies ces dernières années démontrent une baisse sérieuse de la qualité des matériaux, sans oublier le manque de réactivité face aux tendances du marché. Récemment, cette société américano-japonaise a été rachetée par un distributeur (Ripmax).
Une marque américaine apparue assez fraîchement, à savoir Vaterra, filiale de la marque Losi dont vous trouverez un rapide descriptif ci-dessous, avec une orientation très marquée vers le loisir ou le trial. Malheureusement, au TTRCS nous n’avons pas encore le recul nécessaire sur ces produits, mais aux dires des différents utilisateurs, la qualité est bien là. En 2017, il semblerait que Vaterra soit sur le déclin (à vérifier).

Puis nous avons les marques britanniques (Schumacher), américaine (Losi, Associated), japonaise (Yokomo) totalement orientées vers la compétition. Même leurs modèles dits de base disposent de performance de premier ordre. De très bonne facture, la multiplicité des réglages risquent cependant de décourager les débutants et de les embrouiller davantage. Ce sont des modèles conçus pour rouler très vite, réclament une configuration matérielle haut de gamme et une très bonne connaissance des réglages de chassis pour être exploités à fond.
Terminons avec le tchèque « X-Ray », inconnu il y a une quinzaine d’années, la marque a fini par gagner ses galons très rapidement à travers la compétition. La qualité est au rendez-vous.

team-losi-racing-22-4-2.0-race-kit-1-10-4wd-buggy-3830-p

Pour finir, nous avons Traxxas dont l’argument fort est la vitesse et les cascades spectaculaires. C’est un cas particulier car ce fabricant américain possède dans son catalogue des modèles très puissants, mais sont vendus à des prix généralement très élevés sans que ce soit nécessairement justifié (près de 440 Euros pour un « Mini E-Revo » au 1/16ème à chassis plastique, ils exagèrent beaucoup…). L’image de Traxxas est donc associée aux performances ahurissantes pour la hauteur des sauts ou de la vitesse de pointe surréaliste. A réserver à une clientèle avertie, et ce n’est de toute manière pas la philosophie du TTRCS.

 

Choix du magasin.

L’avènement d’Internet a bouleversé les habitudes de consommation, même en modélisme. Certes, les sites web asiatiques proposent souvent des tarifs plus bas, cela s’explique par des différences en terme de fiscalité locale et d’intermédiaires, mais en rajoutant les frais de douane si cela devait vous arriver, le prix au final reviendrait quasiment au même qu’en achetant en France. Sans oublier le SAV pouvant devenir encore une fois plus problématique avec la barrière de la langue anglo-saxonne. En France même si cela reste anecdotique, il existe aussi des commerçants malhonnêtes (notamment un ancien magasin situé dans l’Hérault, dont le nom comprend les termes de « Speed RC », avant de devenir « Monster RC » avec la même adresse et le même gérant peu scrupuleux…).
Bref pour vous rassurer, il vaut mieux privilégier les magasins physique plutôt que les sites commerçants, même en France. Parlez avec le vendeur, posez-lui des questions, il vous conseillera au mieux sur le choix du matériel et de l’équipement. Pour cela, nous ne pouvons que vous conseiller de vous adresser au magasin Rueil Modélisme situé à Rueil Malmaison.

 

hobbyshopConclusion.


Toutes ces informations sont là à titre indicatif, correspondant au fruit d’une longue expérience vécue depuis une vingtaine d’années auprès des commerçants en région parisienne et sur Internet. Pour bien débuter, concernant les méthodes d’achat, soyez intelligents et évitez les embêtements d’entrée en passant commande sur un site commerçant situé à l’étranger. Au sujet des fabricants, Tamiya et Kyosho font partie des références à privilégier car ils visent un public large, d’ailleurs leurs réputations ne sont plus à faire.
Nous nous sommes efforcés d’être au plus juste pour guider au mieux les débutants (et leurs parents pour les plus jeunes). Pouvoir donner vie à votre modèle réduit à partir d’un kit d’assemblage, peint et décoré par vos soins, puis goûter aux joies de la conduite sportive sur circuit même à travers une voiture radio-commandée, c’est un plaisir immense ! Et que dire des courses amicales que nous organisons de temps en temps au TTRCS ? La multitude des modèles à conseiller rend impossible à lister, surtout qu’ils sont en constante évolution. Dans un autre article, nous vous expliquerons en détail les choix à faire au niveau équipement.